vers Calgary

Canada 02 de Québec ville à Calgary (Alberta)

Le dimanche 14 juin, nous quittons Québec pour commencer la longue route vers l'ouest. Suivant la route du Roy le long du St Laurent, nous traversons de ravissants villages comme Ste Anne de Péraube où se pèche un poisson du même nom durant les semaines où le fleuve est gelé. Fleurit alors un petit village dans le lit du fleuve avec ses rues, ses lampadaires: dans chaque maison, un trou dans la glace permet de capturer ce petit poisson... au vu de l'expo photo, ce doit être assez folklorique!

 

Premier bivouac un peu plus loin sur un quai... nuit calme, peu de circulation!

Connaissant déjà Montréal, nous prenons la route 17 qui traverse le parc faunique de la Verendrye, rien à voir, on continue vers le nord-ouest, proche étape Thunder bay sur le lac supérieur. deux bons bivouacs en forêt, trouvés sans trop de mal.

Sur cette route, mis à part de très beaux lacs et beaucoup de gros camions, rien de bien spectaculaire.

Passant par Winnipeg changer quelques euros, nous constatons que nous venons encore de changer d'état (nous quittons l'Ontario pour le Manitoba) et d'heure, la journée de conduite s'allonge d'une heure et les kilomètres défilent; toujours pas vu un gendarme de la police montée, ici, ils roulent en Chevrolet! Il faut aller à Régina si l'on veut en voir et encore, pas sûr! Donc nous dormons dans une réserve indienne près du lac Manitoba, les gars du coin sont typés sioux mais boivent de la bière et roulent en pick-up!.

Dans le Parc National des Riding Mountains, les castors font la sieste dans leurs nids pendant que nous arpentons les marécages à leur recherche, par contre, un ours brun nous traverse sous le nez et tout un troupeau de bisons rumine calmement.

Bivouac paisible chez un fermier qui a la gentillesse de nous recevoir sur ses terres (entre nous, il a une sacrée exploitation!)

Monette mitraille le matériel agricole dont les dimensions sont proportionnelles à la surface des terres cultivées.

La traversée du Manitoba est un peu ennuyeuse et la route que nous suivons en piteux état, mais au moins pas de camions qui me colle aux fesses et quelques biches (wapitis femelles?) s'amusent à saute barrières tandis qu'une orignale broute paisiblement.... tout celà pimente le voyage.

Arrivant en Alberta, nous couchons dans un camp-ground (impossible de trouver un bivouac, pas un bois à l'horizon et des champs clôturés à perte de vue) près d'Oyen et faisons connaissance avec M. Nielsen dont le fils tient un garage à 40 km. Nous prenons rendez-vous pour une vidange-graissage (ben oui, déjà presque 9000km parcourus depuis Apprieu et Toyota préconise entre 7500 et 10000) plus un contrôle de la clim qui, comme il se doit, ne fonctionne pas correctement. Bref, charge de clim et vidange graissage pour 280 dollars canadiens (c'est donné! le litre d'huile vaut 3.5 dollars!)

Ici, en Alberta on exploite le pétrole et le gaz, c'est état est maintenant le 9ème producteur mondial! Le gaz-oil tourne autour du dollar canadien , soit 80 centimes d'euros environ. On commence à voir pas mal de pompes dans les champs au milieu de superbes troupeaux!

Finalement nous arrivons à Drumheller, la capitale des dinosaures, il y en a de toutes couleurs dans la ville, l'Albertosaurus trône devant le centre d'information, mais le clou de la ville c'est le Royal Tyrell muséum consacré à ces charmantes bébètes! Ce musée est le plus riche au monde en fossiles du Tertiaire, tous les genres sont représentés et c'est superbement expliqué!

Tout autour de la ville s'étendent les Bad Lands où furent découvert beaucoup de ces fossiles, sans parler des Hoodoos, sortes de cheminées de fées de chez nous et quelques canyons dont les couleurs sont proches de celles de Pumamarca en Argentine (manquent le rouge et le vert....)

Voilà Calgary que nous contournons sous la pluie, rien à voir dans cette ville à part le célèbre Stampede des cow-boys qui aura lieu fin juillet... d'ici-là, nous aurons certainement eu l'occasion de croiser un rodéo !

Cette page se termine dans le parc National de Bannf et il nous tarde de découvrir ces fantastiques Montagnes Rocheuses canadiennes.... Hasta luego!

Réponses : allumer le tolva veut dire ouvrir son ordinateur.... et "checker les pitounes" signifie : lorgner les filles!

Autre question : "avoir les pneus fesses".... c'est facile!

Pour répondre à mon amie Michèle, on sait enfin ce que veut dire "se branler sur le perron!", m'etonne pas de toi! et vous, ça vous dit d'essayer?